festival de Cannes.

accrochés à leurs badges autour du cou
les clones coulent dans les rues identiques
tous vont vers je ne sais où
je n’ai jamais vu autant de flics

je remonte le courant de ce flot sans fin
rien n’est gratuit dans le monde
ils sont à la recherche de je ne sais quoi
un torrent de pas en cadence se déverse
sous mes yeux abrutis par le flux acide

chaque jour la langue rouge géante déroulée
dévore sans compter
sous les flashs de son émail étincelant
les sourires scotchés

encore quelques marches pour être
engloutis

ce sont mes dernières bouffées d’air
avant de finir noyé dans ce liquide nauséabond

je dois trouver la fuite.