les gens qui ne te laissent pas en placer une

le moulin est en route
ça parle
dès le début je n’en
vois pas la fin alors
j’écoute les sons produits
par cette bouche sans
chercher de sens
et je trouve que le langage
est quelque chose
de vraiment bizarre

ça me regarde ça me parle ça ne
me voit pas je pourrais
être autre je pourrais
être transparent
aucun changement

ça me bourre les oreilles
de conneries ça veut
polluer mon âme
ces gens me jettent des morceaux
de leur vie dégoulinante d’amour
propre
à la gueule et je
dois me démerder - c’est le mot -
avec

et ça me tartine de
projets d’ambition d’envies d’espoir
pour la plupart des cas
il n’en sera rien
leur présent ? du vent
ça râle ça se lamente ça raconte sa
vie et ça veut la rendre intéressante
ça s’écoute parler
puis cesse ce moment
silence

une réponse est attendue
par cette personne

je me demande l’heure qu’il est

ou

si ce que j’ai mangé à midi
était bon

oui

c’était bon.

la tête comme un ballon

"la tête comme un ballon" par Quentin Jeulin